Qu’est-ce que le pragmatisme ?

Le pragmatisme est un courant de pensée philosophique d’origine américaine qui possède, aujourd’hui encore, de nombreuses ramifications disciplinaires. Les pragmatistes entendent éclairer tous les aspects de l’expérience humaine en les considérant du point de vue d’un organisme intelligent en prise avec un environnement complexe et changeant. Être pragmatique, ce n’est donc pas vouloir se passer de théories, mais c’est fixer le sens et la valeur de ces théories en fonction des actions, conduites, pratiques, choses à faire (pragmata) qui en découlent. Un tel point de vue engage souvent un travail acéré de critique des faux-problèmes posés par une compréhension abstraite de nos productions théoriques ou plus largement intellectuelles.

En même temps, les pragmatistes cherchent à résister au besoin démesuré de certitude qui nous pousse à chercher des fondements absolus à nos pratiques – qu’elles soient scientifiques, morales, politiques, esthétiques –, comme si elles devaient présupposer une instance (un Dieu, un principe supérieur, une réalité ultime, une valeur suprême) qui les garantisse une fois pour toutes. L’absence de tels fondements n’est en rien un manque, mais au contraire l’invitation à chercher à améliorer constamment ces pratiques et à en expérimenter de nouvelles. Les pragmatistes sont influencés par la révolution darwinienne (pas d’espèce fixe, pas de plan de développement de la vie), désireux de retrouver l’esprit expérimental des sciences (pas d’idée si acceptée soit-elle qui ne puisse être révisée au cours des expériences futures) et fervents défenseurs d’une démocratie pluraliste (pas de blocage au processus de réforme permettant à une population d’agir sur ses propres conditions de vie). Le pragmatisme renvoie ainsi dos-à-dos les deux tentations jumelles de l’aspiration métaphysique à des fondements permanents et de l’acceptation relativiste de la perte de tout repère.

Entendant dépasser le dualisme de la théorie et de la pratique, son but est à la fois de rendre nos idées plus concrètes et de rendre nos actions plus intelligentes.

Historiquement, le pragmatisme naît aux États-Unis à la fin du XIXe siècle de la recherche d’une méthode pour rendre les idées claires et s’étend rapidement dans les premières décennies du XXe siècle à tous les champs philosophiques selon des déclinaisons personnelles (« pragmaticisme » de Charles S. Peirce, « empirisme radical » de William James, « humanisme » de Ferdinand S. Schiller, « instrumentalisme » de John Dewey). Son développement se fait en échange constant avec les sciences (logique, mathématiques et sémiotique chez Peirce, psychologie biologique de James, psychologie sociale de George H. Mead, sociologie de la tradition de Chicago, linguistique de Charles Morris) mais aussi en relation étroite avec les initiatives visant à faire progresser la démocratie sociale (écoles Dewey, centre pour les immigrants de Jane Addams, lutte de W. E. B. Du Bois contre le racisme et pour les droits civiques, etc.). Après une période de reflux dû notamment à la montée du positivisme logique en philosophie et au climat politique du maccarthysme, le pragmatisme connaît un nouvel essor à partir des années 1970 à la fois par la formation de courants néo-pragmatistes (Richard Rorty, Hilary Putnam) et par le travail d’édition et de commentaire des pragmatistes classiques (Richard Bernstein, John J. McDermott, Max F. Fisch, etc.). Il s’illustre aujourd’hui chez des auteurs aussi différents que Joseph Margolis, Robert Brandom ou Richard Shusterman.

En Europe continentale, le pragmatisme a connu une forte réception au début du XXe siècle, notamment en France et en Italie, avant de s’effacer devant la montée de la phénoménologie, de l’existentialisme, du marxisme puis du structuralisme. Sa réappropriation, également à partir des années 1970, s’est d’abord faite en Allemagne à travers les travaux de Karl Otto Apel et de Jürgen Habermas, ainsi que Hans Joas. L’une des spécificités de son renouveau actuel en France est qu’il est le fait à la fois de philosophes et de chercheurs en sciences sociales.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s